Matthias Bruggmann

A haunted world where it never shows

« D’un point de vue formel, mon précédent travail amenait le public dans une situation où il devait décider de la nature de l’œuvre même. Ce mécanisme pourrait ressembler, bien qu’on puisse le contester scientifiquement, à ce qui se produit en physique quantique lorsque l’observation change la nature de ce qui est observé. Mon travail sur la Syrie s’inspire de ce présupposé.

D’un point de vue documentaire, il s’agit, à ma connaissance et jusqu’à présent, de la seule œuvre de ce type réalisée à l’intérieur même de la Syrie par un seul photographe occidental, et ce en grande partie grâce à l’aide et aux travaux dévoués de certains des meilleurs experts indépendants sur le conflit. En raison de la nature de ce conflit, j’estime qu’il est nécessaire d’étendre le périmètre géographique de ce travail.

Il s’agit là essentiellement d’une tentative de créer un sentiment d’ambiguïté morale. Sa conception vise à mettre le public mal à l’aise en remettant en cause ses propres suppositions morales, et ainsi à essayer de susciter, chez un public occidental, une compréhension viscérale de la violence intangible qui sous-tend tout conflit. L’un des moyens utilisés consiste à pervertir les codes normalement employés dans la photographie documentaire pour accroître l’identification avec le sujet. Tout en se conformant parfaitement aux normes homologuées du documentaire, une partie du travail est destinée à amoindrir la confiance du public en ma propre fiabilité en tant que témoin et à forcer une réflexion plus poussée sur la nature de ce qui lui est présenté.»

Matthias Bruggmann, June 2017 © Catherine Leutenegger

Matthias Bruggmann, June 2017 © Catherine Leutenegger



Prochaines étapes

Matthias Bruggmann reçoit CHF80’000. Cette somme est attribuée pour moitié à la production de son projet et pour moitié à la publication du livre de ce projet. Il doit mener son travail à terme en une année, au cours de laquelle il sera suivi et conseillé par le Musée de l’Elysée. La publication de son livre est prévue au Musée de l’Elysée, à Lausanne, en 2018.

Bio


Expositions

  • 2015 Dévider le réel, Les Abattoirs – Frac Midi-Pyrénées, Toulouse
  • 2012 Œuvres insoumises, Galerie Polaris, Paris
  • 2008 Jamais le même fleuve/Œuvres des collections de Michèle et Michel Auer, Isabelle Darrigrand, Freddy Danaës, Maison d’art Bernard Anthonioz, Nogent-sur-Marne, France
  • 2005 reGeneration : 50 photographes de demain,Musée de l’Elysée, Lausanne

Publications

  • Time Magazine
  • National Geographic
  • The Sunday Times
  • Le Monde