Siân Davey

1964, Royaume-Uni
Nominé·e - Prix Elysée 2022-2024

Siân Davey est une photographe avec une formation en beaux-arts et en politique sociale. Ces 15 dernières années, elle a travaillé comme pyschothérapeute humaniste. Son travail photographique est une investigation des paysages psychologiques d’elle-même et de ceux qui l’entourent, sa famille et sa communauté étant au cœur de sa pratique.

Après avoir visité la rétrospective de Louise Bourgeois à la Tate London (2007), Siân Davey a été immédiatement inspirée pour traduire son histoire de manière créative. En 2011, elle a trouvé son médium, l’appareil photographique, et s’est engagée dans le processus de la photographie.

En 2012, elle s’est inscrite à un programme de maîtrise et a poursuivi avec un MFA en photographie. Siân Davey a depuis produit des travaux sur chacun de ses enfants, qui servent de portail vers son monde inconscient.

Siân Davey a récemment terminé son MA et son MFA en photographie. Elle a reçu de nombreux prix, notamment le Arnold Newman Award for New Directions in Portraiture, le Virginia Woman’s Photography Award et, trois années consécutives, le National Gallery Taylor Wessing Portrait Award. Son livre Looking for Alice a été présélectionné pour le Paris Photo-Aperture Best Book Award en 2016 et présélectionné pour le Kraszna-Krausz Foundation Book Award. Son deuxième livre, Martha, a été publié chez Trolley Books en 2018.

Projet

The Garden

La pandémie a mis un frein au travail international de Siân Davey, l’obligeant à se retirer dans la seule enceinte de sa maison et à réfléchir à ce qui était créativement possible dans son espace intime existant. Ce qui se passait au niveau mondial, politique et spirituel exigeait qu’elle traduise ce paradigme, ce changement global de conscience, en une philosophie vivante afin d’éclairer les récits non reconnus en jeu dans sa famille et dans le monde. Siân Davey a choisi de refléter spécifiquement ce phénomène dans son propre jardin, abandonné en raison de son travail à l’extérieur et de sa vie de parent célibataire avec quatre enfants.

The Garden est une combinaison naturelle du travail précédent de Siân Davey en tant que photographe de famille, utilisant l’idée de croissance comme métaphore du paysage de l’humanité dans son ensemble. Son jardin négligé est une métaphore de ce qui se passe dans le monde : la reconquête, le réveil, la mise en lumière et la réparation de ce qui a été abandonné. Il s’agit également d’une enquête sur ce qu’il est possible de faire de manière créative près de chez soi.

Le projet démontrera la possibilité de vivre gracieusement entre les extrêmes de la négligence et de l’imposition forcée que nous voyons dans le monde naturel aujourd’hui ; le modèle implacablement agressif de la croissance continue d’une part, et la destruction flagrante ainsi que l’abandon de notre environnement et de nos espèces d’autre part. Dans ce projet, Siân Davey aspire à travailler de manière sensible avec le jardin, à mesure qu’il se révèle à elle et qu’elle y répond à son tour – un échange continu. Le travail porte essentiellement sur l’interconnexion, la relation entre les personnes et les environnements, la joie, l’amour et l’espoir.

Le mur du jardin de Siân Davey fait 1 mètre de haut et le chemin qui le longe conduit les gens vers la rivière. Le mur du jardin (à la fois physiquement et métaphoriquement) est une interface vivante entre sa vie domestique personnelle et le regard du public. Le mur est également devenu une métaphore de la séparation vécue pendant la pandémie. Il sert aussi d’interface sûre, d’espace de confession permettant aux gens de partager leurs histoires, souvent des vignettes sur la façon dont ils ont vécu les deux dernières années et leur vie en général. C’est toujours émouvant et intime.

Avec la pandémie, le fils de Siân Davey est rentré de sa retraite de deux ans dans un monstère pour qu’ils puissent travailler en collaboration. Il a assumé le rôle de directeur artistique en créant l’espace pour le travail.

En substance, le jardin a été restauré au printemps 2021 ; les graines biologiques ont été achetées localement et le jardin a été planté de manière biodynamique. Siân Davey voulait créer un jardin qui soit totalement immersif. L’année dernière, elle a fait un essai pour comprendre ce qui était possible sur le plan créatif. Cette année, elle s’appuiera sur le travail de l’année dernière et le développera de manière significative, puis elle postproduira la série et rassemblera tous ses écrits afin de concevoir le livre.

The Garden sera rempli à ras bord de fleurs et de couleurs, une vision essentielle de l’espoir, du dépassement des limites supposées et du rêve de l’inimaginable.